La ferme au milieu des bois

Dimanche, après avoir suivi la route qui longe les Appalaches depuis la Virginie jusqu’en Caroline du Nord, nous sommes finalement arrivés à Doubletree Farm.

Depuis la route qui surplombait la vallée qui pouvions voir depuis deux jours une plaine verdoyante, de grands champs, des haies, des collines et quelques animaux. C’est donc dans ce genre de paysage que nous nous attendions à travailler.

Mais après avoir quitté la Blue Ridge Parkway, sous la pluie qui tombait avec la nuit, nous nous sommes doucement aventurés dans une vallée bien plus encaissée et surtout bien plus verte. Petit à petit, en suivant un cours d’eau sur une route de plus en plus étroite, nous nous sommes retrouvés en pleine forêt vierge. Quelques terrains cultivables le long de l’eau sont défrichés pour faire des champs, mais là haut, sur la montagne c’est vraiment la jungle, chaude et humide.

C’est donc au fond de cette vallée que se trouve Doubletree Farm. Une petite ferme de quelques hectares où l’on est accueilli par les poules et les dindes qui gambadent librement et où on se croirait plus facilement au Pérou ou à Cuba qu’au pays des OGM.

Une maison en bois, chauffée au poêle (qui sert aussi à faire la cuisine!) surplombe le champ principal où Cathy fait pousser en ce moment du sorgho, du maïs et de l’ail. En montant un peu plus haut on trouve la grange pour stocker le foin, sous laquelle s’abritent le cheval de trait et le poney durant la journée. De l’autre côté de cette grange, on accède au terrain destiné aux deux chèvres, à leurs bébés et au bouc. Encore au dessus de la grange, on tombe sur le potager qui sert essentiellement à nourrir la maison. En ce moment on y récolte surtout des asperges vertes ! Et enfin à l’arrière c’est le coin des petits fruits : mûres et framboises, qui devraient être bonnes à récolter d’ici notre départ !

Vous l’aurez compris Doubletree c’est la ferme d’autrefois, où l’on trait la chèvre à la main le matin pour faire le fromage, où l’on coupe le foin à la faux, on laboure au cheval de trait, on se chauffe et on cuisine au feu de bois. Malgré cela n’allez pas croire que nous vivons comme au Moyen-Age, car si Cathy a décidé de vivre simplement, l’idée n’est pas de se priver de tout confort. Bref, rassurez-vous tout de suite nous avons l’eau courante, l’électricité et même internet !

Après Brooklyn, nous voici donc plongés dans un tout nouvel univers où nous allons devoir apprendre à revenir aux bases, découvrir de nouveaux outils et de nouveaux gestes. Car traire une chèvre à la main c’est loin d’être évident, croyez en mon inexpérience !

Clémentine

Publicités

2 réflexions sur “La ferme au milieu des bois

  1. Bonjour,

    Cette ferme est à peu près identique à celle dans laquelle j’ai passé quelques années de mon enfance, sauf que chez nous, il n’y avait pas de cheval (pas assez de surface).

    Du coup, je ne suis pas allé en classe verte…..

    Bonne continuation, tout cela est bien intéressant.

    Christian Mouchet

    • Vous avez eu bien de la chance, parce que nous nous installerions bien ici, c’est vraiment le rêve et ça nous donne beaucoup d’idées pour plus tard !
      Merci pour vos encouragements.
      Bonne journée,

      Clémentine et Valérian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s