La récolte du miel

Manger des rayons de miel tout juste sortis de la ruche était un de mes plus grand rêves, jusqu’à ce qu’il ne devienne réalité il y a quelques jours !

Janet et Leslie, qui ont installé leurs ruches sur la ferme de Maryann et Kevin, nous ont proposé la semaine dernière de les aider à récolter le miel avant l’hiver. Nous avons donc enfilé un équipement d’apiculteur, histoire de ne pas se faire trop piquer (même s’il paraît que dans les mauvais jours un jean ou des gants de cuir ne les arrêtent pas !) et nous sommes allés nous attaquer aux ruches. Pour les calmer, nous avons d’abord enfumé les abeilles à l’aide d’un enfumoir dans lequel on fait brûler un bout de toile de jute. Puis, nous avons ouvert le haut de la ruche pour accéder aux cadres où elles produisent leur miel. Un, deux ou trois étages sont consacrés à la production de ce précieux liquide. L’étage inférieur, séparé par une grille qui empêche la reine de monter (car elle est trop grosse!), est réservé au couvain, c’est là que les petits sont élevés. Mais les abeilles y stockent aussi un peu de miel et celui là, on ne leur prend pas, car il leur faut de quoi survivre pendant l’hiver. Ici de novembre à fin avril il fait en général -20°C et cela peut descendre jusqu’à -40°C ! Pour les aider, les filles enveloppent les ruches dans des couvertures d’octobre à mai. Eh oui, les hivers sont rudes pour les abeilles d’Alberta !

Nous avons donc passé une heure à démonter les cadres supérieurs, à en déloger les abeilles et à les charger dans le camion, afin que Leslie puisse en extraire le miel, une fois rentrée chez elle. Elle prend alors les cadres et les met dans une centrifugeuse pour que le liquide sorte des rayons.

En faisant la récolte, nous avons finalement eu la chance de tomber sur un rayon de miel fait hors du cadre, que nous avons pu mettre dans une boîte pour les montrer à des enfants et le goûter plus tard. Mais, nous en avons gardé une petite part à manger tout de suite et c’était vraiment délicieux ! On met un morceau de rayon dans sa bouche et on mâche pour extraire le miel. Enfin quand on a tout mangé, on mâche la cire qui reste dans la bouche pour former une petite boule que l’on peut cracher (ou garder comme chewing-gum !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Clémentine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s