Garder ses semences

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avez-vous déjà essayé de récolter des graines de salade ? Non ? Pourtant rien n’est plus simple. Pas besoin, comme pour les carottes ou les oignons, d’attendre deux ans, il suffit juste de laisser monter sa salade en graine. Plus facile encore à récolter, à conserver et à resemer, les graines de tomates, elles, se prennent directement dans l’assiette ! Il suffit juste de les poser quelques jours sur du papier toilette pour les déshydrater avant de les glisser dans une enveloppe en attendant le printemps.

Chaque année, à la fin de la saison, Maryann récolte ses propres graines afin de les semer l’année d’après. Cela demande du temps mais comporte de nombreux avantages.

Économique :

Économiquement, cela évite d’avoir à racheter chaque année ses semences. L’agriculteur n’est donc pas dépendant des firmes semencières et reste autonome. Dans le cas des OGM, non seulement la semence est chère mais en plus elle vient le plus souvent obligatoirement avec l’achat de produits « adaptés » vendus par la même entreprise bien sûr… C’est le cas du désherbant total Roundup © avec par exemple le coton, le mais, le soja… roundup Ready © .

Sociale :

La conservation des semences passe traditionnellement par des échanges entre agriculteurs. En plus de permettre un brassage génétique, cela tisse un lien social fort sur le territoire.

Une sélection adaptée à votre terroir et à votre goût :

Selon les plantes, l’agriculteur conserve les graines (ex : blé, salades, melons…), ou d’autres organes de la plante (tubercules, bulbes…). Chaque année il sélectionne donc les graines des plantes qu’il juge les meilleures.

Conserver ses graines permet de sélectionner directement les plantes les plus adaptées à son climat, ses ravageurs, son territoire, ses pratiques culturales et surtout à son goût ! Autant de choses qui sont difficilement réalisables pour les gros semenciers qui après avoir sélectionné une plante, la vendent sur un vaste territoire, voire sur plusieurs continents. Et on les comprend ! Le travail de sélection variétale est long est coûteux pour ces entreprises, il est normal qu’ils cherchent à rentabiliser leurs dépenses. Même s’ils tentent de s’adapter le plus possible à des unités climatiques, vous comprendrez bien qu’il leur est impossible de s’adapter à votre propre champ ou jardin.

Écologique :

Sélectionner ses plantes c’est, vous l’avez compris, les adapter à son terroir. N’oublions pas que les semenciers sélectionnent leur plantes dans des conditions optimales de sol et d’apports en intrants (ça commence à changer… heureusement!1). C’est alors aux agriculteurs d’apporter des engrais manquants s’il veut obtenir les rendements promis.

Si vos semences sont issues d’une sélection à la ferme locale et adaptées à des terrains, climats et des pratiques culturales à faibles intrants, il ne sera pas forcément nécessaire de leur apporter beaucoup d’intrants (engrais, pesticides, eau…) afin d’avoir une récolte.

Enfin, les variétés sélectionnées à la ferme, appelées « variétés population », augmentent la biodiversité au sein des parcelles, contrairement aux variétés lignées, hybrides et OGM2, souvent proposés par les semenciers.

Les problèmes de la sélection à la ferme :

Resemer ses propres semences demande du temps, surtout pour les fruits et légumes ! Et pour les céréales, il ne suffit pas de prendre un sac de grains au hasard, mais bien de prendre les plantes qui nous conviennent le mieux (pour leur goût, leur apparence, leurs résistances, leur tolérance…).

Autre gros soucis : le droit3. En France, les agriculteurs doivent obligatoirement cultiver des variétés inscrites au « Catalogue » français ou européen. Le catalogue se charge de référencer toutes les variétés cultivables pour chaque espèce. L »inscription d’une variété au catalogue est longue et coûteuse, et doit être renouvelée après cinq à dix ans si l’on veut pouvoir continuer à cultiver une variété. Certaines dérogations sont faites pour des variétés anciennes considérées en « érosion génétique », (mais pas pour l’ensemble des variétés locales) ou encore certaines espèces peu utilisées (ex : millet), mais ces dérogations sont souvent assez restrictives et surtout complexes à comprendre.

Enfin, l’échange de semences entre agriculteurs est désormais interdite, et donc les échanges entre agriculteurs légalement impossibles.

Conclusion !

Vous l’aurez donc compris, le sujet des semences est complexe et touche du doigt un nombre infini de problèmes écologiques, sanitaires, économiques, sociaux, juridiques et même politiques. Le droit de resemer sa propre récolte pour tous les agriculteurs devrait être indiscutable, malheureusement ça ne l’est plus. Ce qui était un des fondement de l’agriculture devient de plus en plus impossible à réaliser en toute légalité. Rien n’est tout blanc ou noir non plus : la sélection d’aujourd’hui a apporté de nombreuses améliorations génétiques bien plus rapidement que cela n’aurait été possible avec de la sélection à la ferme. Rien n’est à donc rejeter forcément, le problème est plus que les agriculteurs n’ont aujourd’hui plus le choix et doivent obligatoirement se plier face à une lourde et complexe législation. En France la loi essaye maintenant de prendre en considération les variétés locales « en voie d’extinction » mais ce n’est pas encore le cas de toutes les variétés locales ni du principe de la sélection à la ferme. Il reste encore beaucoup d’obstacles juridiques à contourner car notre modèle est aujourd’hui construit pour répondre aux exigences des nouvelles variétés. Cependant, certains pays comme la Suisse ont su trouver des solutions3 en acceptant des exceptions pour les variétés locales, rien n’est donc encore perdu !

Valérian

1Bernad Rolland, chercheur à l’INRA, propose de sélectionner des variétés de blé sur des sols pauvres avec de faibles apports en intrants. Ces variétés sont donc plus adaptées à l’agriculture biologique peu consommatrices en intrants.

2 La Fondation de la recherche sur la biodiversité a publié un rapport sur l’évolution de la biodiversité du blé en France. Pas si simple que ça à étudier ! Mais néanmoins très intéressant.

3 si ce sujet vous intéresse, je vous conseille vivement de lire la thèse de Mlle Shabnam « Semence et droit » soutenue en 2008. Cela permet d’avoir un point de vue, certes subjectif, mais très complet et bien référencé sur le problème des semences.

Publicités

La grange

Quelques photos de nos journées de travail sur la construction de la grange avant l’hiver.

Savon fait maison !

Chez les Borch, la majeure partie des produits utilisés sont locaux. Et cela s’applique à tous les domaines, que ce soit la maison en paille et argile, la nourriture ou les produits d’entretien. Car oui, Maryann fait son savon elle-même à partir du gras de ses bœufs et du lait de ses chèvres. Oui oui, du savon au gras de bœuf ! On vous assure, ça ne se sent même pas et ça permet d’éviter de gaspiller. Pas mal non ?

Il y a quelques jours, en deux heures, nous avons donc pu assister à la confection du savon. D’abord Maryann fait chauffer les morceaux de bœuf, afin que le gras se liquéfie et pour pouvoir le séparer des morceaux de viande résiduels et des os. Ce matin, nous avons obtenu 1,8kg de graisse de bœuf. Nous l’avons laissée refroidir et sommes allés regarder sur un site internet spécialisé (www.thesage.com) pour savoir combien il nous fallait d’hydroxyde de sodium (soude) et de lait de chèvre. Nous avons finalement mis les 700 millilitres de chèvre dans un bol au congélateur pendant que le gras refroidissait et pesé les 225 grammes de soude. Après une heure, quand le lait était presque entièrement gelé, nous avons ajouté la soude dans le bol de lait petit à petit, en remuant, afin que le lait ne brûle pas. Car oui, la réaction qui se produit est très forte et chauffe beaucoup ! C’est pour cela qu’il faut porter des gants et des lunettes (ce que Maryann ne fait pas toujours…), laisser le bol tremper dans un évier rempli d’eau froide afin que cela refroidisse le mélange, et surtout ajouter la soude dans le lait et pas l’inverse (sinon gare à la réaction !). On remue jusqu’à ce que le mélange redescende à 38°C. Puis on le verse dans la casserole remplie de gras de bœuf refroidi. C’est là aussi une réaction dangereuse, il faut donc verser doucement et remuer avec une cuillère en métal (une cuillère en bois serait rongée!), porter des gants et des lunettes. Quand tout est bien mélangé, on fini au blender ou au mixer, car le savon a besoin d’être mixé très vite pour s’épaissir. Une fois le mélange épaissi, nous avons ajouté des huiles essentielles d’arbre à thé et des flocons d’avoine (c’est bon pour la peau!). Puis, nous avons versé cela dans des boites rectangulaires. On recouvre le dessus de plastique et on enveloppe le tout dans une grosse serviette éponge pour garder la chaleur. Le mélange va continuer à réagir pour se solidifier pendant 24h. Le lendemain, on peut découper des rectangles de savon. Mais attention, tant que tout l’hydroxyde de sodium n’a pas réagi, le savon reste extrêmement corrosif et ne peut pas être utilisé. Il faut attendre au moins quatre semaines (six dans l’idéal) avant de se laver les mains avec. Nous en emportons dans nos valises, alors si vous venez à l’une de nos expositions, vous pourrez vérifier par vous même qu’on ne décèle pas la moindre odeur de gras de bœuf !

Juste pour info, si cela vous intéresse, Maryann n’utilise aucun produit d’entretien chimique. Le vinaigre blanc lui permet de détartrer la salle de bain et de nettoyer les vitres. Pour ses tables, elle fait cela avec de l’huile essentielle d’arbre à thé. Elle utilise du bicarbonate de sodium pour récurer les casseroles dont le fond est brûlé ou pour nettoyer ses toilettes. Et enfin, pour éviter le problème des canalisations bouchées, une fois par mois elle remplit son évier d’eau très chaude et avec une paire de gant elle ôte le bouchon et laisse toute l’eau s’échapper très vite dans les tuyaux. Cela suffit pour se débarrasser du gras qui risquerait de les boucher.

Alors, vous sentez-vous prêt à vous débarrasser de votre Monsieur Propre maintenant ?

 Clémentine

La règle des cinq minutes

A notre arrivée sur la ferme Kevin nous a directement prévenus : « Ici on applique la règle des cinq minutes. Les cinq premières minutes on vous sert et après, vous faites comme chez vous. Vous avez faim : vous ouvrez le réfrigérateur, vous voulez mettre le couvert : vous cherchez les assiettes ». Eh oui, le WWOOFing c’est du travail dans les fermes, mais c’est aussi (et surtout !) vivre ensemble. Ici nous ne sommes pas des invités, mais des habitants de la maison.

Dans les cinq fermes où nous sommes allés, nous avons toujours participé à tous les aspects de la vie de famille. Mais jamais autant qu’à Good Note nous n’avons eu le sentiment de faire partie de la famille. Nous partageons tout : les travaux de ferme et ménagers, les bons moments et les moins bons.

La journée, nous travaillons sur la ferme, le plus souvent sans Maryann qui en profite pour faire d’autres choses (la cuisine, des cours de musique, livrer du lait etc.). Mais quand elle fait du savon ou du fromage, où quand elle va rendre visite à des amis qui pourraient nous intéresser, elle nous propose toujours de nous joindre à elle. Car nous ne sommes pas uniquement ici pour travailler pour elle, mais aussi pour apprendre et partager.

Pour les repas, Maryann n’est pas la seule à faire la cuisine et quand elle n’a pas le temps c’est nous qui nous mettons aux fourneaux. Libre à nous d’inventer la recette qui nous plaît avec les ingrédients disponibles ! Après le repas, chacun range et participe à la vaisselle afin de pouvoir profiter ensemble de la soirée. La semaine, nous jouons aux cartes ou au Cluedo avec Rigel et Kévin, ou bien nous regardons un film en bas tous ensemble en mangeant des pop-corn au beurre. Des fois, on s’installe juste pour tricoter, bouquiner, écouter de la musique ou papoter dans le salon. Le week-end, il y a souvent des amis qui viennent dîner ou même dormir et nous passons la soirée avec eux. Samedi dernier, nous étions quinze à table et presque tout le monde est resté dormir sous le toit de la nouvelle grange où nous avions suspendu une dizaine de hamacs ! Vers 6h du matin, congelés, nous nous sommes presque tous rapatriés dans la maison, au grand dam des quelques personnes moins téméraires qui étaient restées au chaud !

Hier, nous sommes aussi allés passé la journée chez des amis apiculteurs qui habitent à une heure de la ferme, pour leur donner un coup de main dans la construction de leur maison en isolation paille. Nous avons travaillé dur toute la journée, mais nous avons rencontré des gens vraiment intéressants et découvert comment construire ce type d’habitation, moins polluante, moins consommatrice d’énergie et moins chère. En guise de récompense, après le dîner nous avons eu droit à une dégustation de miel et à la visite locaux de transformation du miel !

Mais la vie de famille sur une ferme, ce n’est pas uniquement des parties de rigolades. Il y a deux jours, quand Maryann a vérifié la météo à 22h et s’est aperçu qu’il allait faire -3°C pendant la nuit, nous avons du nous aussi sortir avec gants, bonnet et écharpe, pour récolter les tomates et les courgettes qui risquaient de geler ! Eh oui, sur une ferme, pas d’horaire fixe, on s’adapte au climat, aux animaux et aux végétaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Clémentine

La traite à Good Note

Après trois fermes, nous sommes presque devenus des experts en traite de chèvres. Mais ici, comme sur chaque ferme où nous nous sommes rendus, il y a toujours à apprendre et les manières de faire sont toutes différentes. Cette ferme est plus proche de celle de Doubletree. Il n’y a que cinq chèvres laitières et une vache (Vicky). Mais c’est déjà beaucoup de travail car ici, ce n’est pas comme à Goat’s Pride Dairy, tout se fait à la main et les chèvres ne se laissent pas toujours faire, elles s’en donnent à cœur joie pour donner de grands coups de sabots dans les seaux de lait ! Comme chez Cathy, en Caroline du Nord, Maryann ne trait que le matin. Seule différence: elle fait cela à 9h plutôt qu’à 6h (nous, on trouve que c’est une bonne idée !). Après la traite, elle laisse les mères passer la journée avec leurs petits. Elle ne les sépare qu’à la nuit tombée, afin d’avoir du lait le lendemain.

Après les petites mamelles de chèvres qu’il ne faut presser qu’à trois doigts, apprendre à traire une vache est un jeu d’enfant. Enfin c’est ce que nous avons pensé les cinq premières minutes… Car si cela est plus facile, il y a aussi beaucoup plus de lait à faire sortir et cela demande plus de force dans les bras et les avant-bras que nous n’en avions il y a trois semaines ! Avec un peu de pratique, j’arrive désormais à traire Vicky toute seule d’un bout à l’autre, mais je fais quand même une petite pause d’une minute au milieu. Et puis toujours ce fichu problème, la mamelle droite se vide beaucoup plus vite que la gauche. Si seulement je pouvais être ambidextre !

Il y a aussi de bons jours et de mauvais jours. Si Vicky est de bonne humeur, nous regarde d’un bon œil et veut bien nous donner son lait, on obtient facilement plus de quatre litres, mais dans les mauvais jours, elle préfère garder son lait pour Allan, son veau. Et c’est là qu’intervient la botte secrète de Maryann ! Après avoir tiré tout le lait possible, elle amène Allan et le laisse commencer à téter. Une fois qu’elle voit que le lait commence à redescendre dans les mamelles, elle éloigne le petit et recommence à traire la vache. Elle a ainsi accès au lait que Vicky gardait pour son veau, qui est plus crémeux (c’est le lait qu’on utilise pour faire du beurre). Mais quand elle fait cela, elle ne trait pas jusqu’au bout la seconde fois. Soyons beaux joueurs, il faut bien laisser au veau de quoi téter !

Ce lait crémeux est tellement bon que Rigel (le fils de Maryann) trayait la vache de l’époque directement dans sa bouche quand il avait quatre ans !

Clémentine

Digestif à la pomme

Envie de se réchauffer après un bon repas en plein hiver ? Rien de plus simple ! Coupez des pommes en petit morceaux dans un bocal en verre et remplissez-le à raz-bord. Complétez avec de la vodka (ou de l’alcool pour fruits) et ajoutez du sucre selon votre goût. Laissez macérer 6 mois au minimum puis filtrez pour ne garder que l’alcool . Vous pouvez jeter les pommes ou essayer de les manger.

Santé !