Love your Block !

Ça y est, comme pour les classes vertes quand nous étions petits, nous avons eu notre boom de fin de wwoofing. Toute la journée de samedi, du matin jusqu’au soir, nous avons réalisé des activités pour les petits et les grands lors de la fête de quartier « Love your block ». Pour nous, la journée a débuté de bonne heure par le tri des fleurs que nous allions planter au pied des arbres dans la rue. Savoir si la plante est annuelle ou pérenne, si elle a besoin d’ombre ou de soleil, si elle a besoin d’eau ou pas… Bref, un tri qui nous permettait de placer chaque plante au bon endroit en fonction de ses besoins. Ensuite, à 10 h, l’événement a vraiment commencé et Shon, un voisin, nous a fait de délicieux pancakes sur le barbecue. Avec des fraises et des myrtilles fraîches, le tout arrosé de sirop d’érable mmmmh…. C’était un vrai délice ! D’ailleurs ça a permis de rameuter pas mal de monde (surtout des enfants) pour la suite des activités. Pendant que certains dessinaient ou mangeaient, nous avons commencé à nettoyer et planter des fleurs dans la rue. Il faut avouer que ceux qui nous aidé jusqu’au bout on été peu nombreux, mais plusieurs personnes donnaient des coups de main par-ci par-là. Certains étaient contents d’embellir la rue ou du moins l’arbre devant chez eux, d’autres étaient heureux de jouer avec des pelles, du terreau, un arrosoir et des plantes, ou d’autres enfin avaient tout simplement envie d’apprendre ou de donner un coup de main. Évidemment, vers midi, l’aide c’est fait plus rare avec la chaleur qui montait. Les escaliers devant chaque maison qui sont habituellement bien occupés se vidaient. Même les enfants ont arrêté leur bataille d’eau ! Nous sommes donc aussi allés nous mettre au frais à l’intérieur le temps du déjeuner avant de reprendre l’après-midi.

Vers 18 heures, Mrs Backer, une petite dame de plus de 80 ans qui connaît tout le monde et surtout que tout le monde connaît, nous a servi un très bon chili au jardin. Elle avait cuisiné toute la journée pour nous le servir avec du « corn-bread » et une citronnade bien rafraîchissante. Clémentine, en même temps, apprenait aux enfants à faire des « Grass-heads » à l’aide de bas, de terreau et de graines de gazon. Le principe est simple : il suffit d’arroser sa « Grass-head » quelques jours avant de voir pousser des cheveux verts. Ça permet d’amuser le enfant tout en leur faisant toucher du doigt le jardinage.

Faute de vidéoprojecteur, nous n’avons pas pu voir de film sur l’écran blanc que nous avions peint au mur, mais la journée avait été bien chargée. Le soir nous étions épuisé. Heureusement nous nous sommes couchés tôt avec l’idée que Shon ferait de nouveau des pancakes au jardin le lendemain. Ça motive !

Valérian

Les enfants de Brooklyn

Vivre à Brooklyn, cela fait aussi partie de notre expérience à Welcome Home Garden. Nous voici plongés au cœur d’un quartier ultra populaire, nous qui n’avons jamais vraiment vécu dans ce milieu là. Même si nous nous sentons plutôt bien et même accueillis quand on se balade dans Halsey Street, ce n’est quand même pas toujours évident. Déjà parce que nous sommes nouveaux et puis parce que nous sommes quasiment les seuls blancs. Nous nous faisons remarquer et pourtant chacun fait mine de ne pas faire attention à nous.

Ici, pas beaucoup de travail, chacun erre un peu dans la rue, discute, s’arrête sur le pas d’une porte, écoute de la musique (dans sa voiture, très fort, avec la porte ouverte!), … Le matin quand nous traversons la route pour aller au jardin alors que les adultes papotent dans la rue, nous avons le droit à un bonjour avec un grand sourire, mais ça s’arrête là. Quasiment personne ne franchit la grille du jardin communautaire pour donner un coup de main, simplement profiter du lieu, ou parler avec nous. On dirait que ce potager les fait sourire, leur plaît même, mais ne les intéresse pas vraiment. Évidemment, certains voisins sont réellement impliqués dans le potager avec Violaine et y viennent tous les dimanches, mais – aussi bizarre que ça puisse paraître – ce sont surtout ceux qui ont un emploi et donc peu de temps.

En revanche, dès 15h30 et la sortie de l’école, c’est la folie. Tous les gamins qui passent devant le jardin s’y arrêtent pour dire bonjour, regarder les fraises, dessiner avec des crais, proposer un coup de main, jouer. Souvent les enfants qui s’attardent sont ceux dont on ne voit jamais les parents (qui sont trop contents d’avoir la paix sans doute!). Ce qu’ils recherchent en fait, c’est de l’attention, mais ça ne se traduit pas toujours de la même manière. Si certains s’intéressent à nous, veulent nous faire plaisir ou aider (notamment à arroser les plantes, le plus drôle!), d’autres sont plein de bonne volonté, mais décidément trop dissipés et il est impossible de les faire se concentrer plus de cinq minutes. Ceux là sont les plus durs à cadrer, car on ne veut pas être trop durs avec eux ou les sortir du jardin, mais ils nous font perdre un temps fou car si on tourne le dos plus de 5 minutes, c’est sûr qu’une catastrophe va arriver. Il faut donc constamment les tenir occupés. Parfois nous devenons de vraies baby-sitters ! Les seuls gamins qui posent vraiment problèmes sont ceux qui viennent juste jouer au caïd et détruire ou faire mal aux autres enfants. Heureusement il n’y en a pas beaucoup. Mais ceux là, nous sommes bien obligés de les faire sortir, parce que sinon c’est un boulot à plein temps pour les empêcher de saccager le jardin.

Bref, travailler à Welcome Home Garden n’est vraiment pas de tout repos, mais quelle satisfaction quand on arrive à intéresser les enfants, à leur apprendre des choses, à faire une bataille d’eau et à voir qu’ils ont passé une bonne après-midi.

Ce week-end, pour la fête du quartier, plein d’activités sont prévues au jardin pour les enfants et j’ai hâte de voir comment cela va se passer et qui se joindra à nous. Comme la journée débutera à 10h par des pancakes, ça devrait attirer du monde !

 

Clémentine