Des champignons en aquarium

A la ferme Belle Roche, près de Montréal, on fait pousser les champignons en aquariums !

 champignonnière maison

Simon, l’un des deux maraîchers de la ferme où nous travaillons depuis deux semaines avec Valérian, s’intéresse depuis quelques temps à la culture des champignons. Sur son exploitation il possède plusieurs hectares de forêts qu’il voudrait ensemencer à terme. D’ici là, pour s’entraîner, Simon fait pousser ses pleurotes dans un aquarium ! Il remplit un petit sac de grains de blé bouillis, qu’il ensemence avec des spores de pleurotes (qu’il conserve dans son réfrigérateur). Ensuite il met ce sac dans un petit aquarium dans son salon. Le sac, posé sur une grille au-dessus de l’eau, est maintenu dans un milieu humide qui permet aux champignons de se développer. Et tous les dix jours, il ne reste plus qu’à venir récolter les pleurotes !

Article réalisé dans le cadre de notre partenariat avec la Novosphère

Comme à la maison

Déjà la fin de semaine! Quatre jours chez Simon et Caroline et nous nous sentons déjà chez nous. Pour ce qui est de découvrir le fonctionnement d’une ferme bien rodée, qui marche à plein régime, ce n’est pas ça. Mais ce n’est pas cela qu’il faut chercher à la ferme Belle Roche.

C’est une toute jeune structure, qui débute gaiement sa deuxième année, et nous sommes là pour voir ses premiers pas : plutôt fascinant. Si cette petite exploitation maraîchère marche déjà si bien c’est sûrement grâce au dynamisme et à la joie de vivre de Simon et Caroline, qui voient les choses modestement, mais qui ont toujours de nouvelles idées. Leur objectif ? Se diversifier au maximum sur un petit espace.

La première année a été consacrée à la transformation de l’exploitation latière et de veaux d’élevage du père de Simon, en une terre à légumes. Et maintenant il semble que chaque année va voir naître un nouvel atelier (ou plus ?!). Des cochons, des fraises, des asperges, de l’élevage, des grandes cultures, des champignons, un magasin à la ferme,… Ce ne sont pas les idées qui manquent et on se dit que d’ici 10 ans, Belle Roche aura un tout autre visage. C’est cette excitation qui nous prend quand on vient travailler avec Simon et Caroline et ça donne envie de rêver à plein de projets !

Faire des semis, réparer la serre, arroser les plants, aider le voisin dans son érablière, mais aussi repeindre la chambre du bébé qui arrive dans 5 mois, cuisiner, boire des coups, jouer au cartes après le « souper »… Depuis le début de la semaine, nous avons vécu la vie de la ferme, qui n’est pas uniquement consacrée à l’agriculture. Quand on fait du WWOOFing on ne donne pas seulement un coup de main dans les champs, on partage aussi le quotidien des personnes avec qui l’on travaille et c’est cela qui fait qu’on se sent si bien à la ferme Belle Roche.

Clémentine