La traite à Good Note

Après trois fermes, nous sommes presque devenus des experts en traite de chèvres. Mais ici, comme sur chaque ferme où nous nous sommes rendus, il y a toujours à apprendre et les manières de faire sont toutes différentes. Cette ferme est plus proche de celle de Doubletree. Il n’y a que cinq chèvres laitières et une vache (Vicky). Mais c’est déjà beaucoup de travail car ici, ce n’est pas comme à Goat’s Pride Dairy, tout se fait à la main et les chèvres ne se laissent pas toujours faire, elles s’en donnent à cœur joie pour donner de grands coups de sabots dans les seaux de lait ! Comme chez Cathy, en Caroline du Nord, Maryann ne trait que le matin. Seule différence: elle fait cela à 9h plutôt qu’à 6h (nous, on trouve que c’est une bonne idée !). Après la traite, elle laisse les mères passer la journée avec leurs petits. Elle ne les sépare qu’à la nuit tombée, afin d’avoir du lait le lendemain.

Après les petites mamelles de chèvres qu’il ne faut presser qu’à trois doigts, apprendre à traire une vache est un jeu d’enfant. Enfin c’est ce que nous avons pensé les cinq premières minutes… Car si cela est plus facile, il y a aussi beaucoup plus de lait à faire sortir et cela demande plus de force dans les bras et les avant-bras que nous n’en avions il y a trois semaines ! Avec un peu de pratique, j’arrive désormais à traire Vicky toute seule d’un bout à l’autre, mais je fais quand même une petite pause d’une minute au milieu. Et puis toujours ce fichu problème, la mamelle droite se vide beaucoup plus vite que la gauche. Si seulement je pouvais être ambidextre !

Il y a aussi de bons jours et de mauvais jours. Si Vicky est de bonne humeur, nous regarde d’un bon œil et veut bien nous donner son lait, on obtient facilement plus de quatre litres, mais dans les mauvais jours, elle préfère garder son lait pour Allan, son veau. Et c’est là qu’intervient la botte secrète de Maryann ! Après avoir tiré tout le lait possible, elle amène Allan et le laisse commencer à téter. Une fois qu’elle voit que le lait commence à redescendre dans les mamelles, elle éloigne le petit et recommence à traire la vache. Elle a ainsi accès au lait que Vicky gardait pour son veau, qui est plus crémeux (c’est le lait qu’on utilise pour faire du beurre). Mais quand elle fait cela, elle ne trait pas jusqu’au bout la seconde fois. Soyons beaux joueurs, il faut bien laisser au veau de quoi téter !

Ce lait crémeux est tellement bon que Rigel (le fils de Maryann) trayait la vache de l’époque directement dans sa bouche quand il avait quatre ans !

Clémentine

Au pays des biquettes

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si ma cohabitation avec les 150 poules de Goat’s Pride Dairy m’a confirmé mon aversion pour ces volatiles stupides et puants, j’ai vraiment découvert à quel point il était agréable de travailler avec des chèvres. Enfin, avec certaines chèvres…

Ces animaux à l’air si bête, sont en fait extrêmement intelligents. La plupart des biquettes de la ferme, sont très curieuses et s’intéressent de près au moindre de vos mouvements. C’est pourquoi il faut leur montrer le bon exemple… Si on en fait passer une par dessus une clôture au lieu d’ouvrir la porte, il y a fort à parier que ses amies apprendront très vite à s’échapper !

Ces chèvres sont aussi très affectueuses et n’hésitent pas à venir se frotter contre vous pour vous faire des câlins le matin. Elles ont leurs petites habitudes et certaines tiennent vraiment à me raccompagner jusque devant la porte de la « lower barn » quand j’ai fini de les nourrir. Ce qui les rend d’autant plus attachantes, c’est que l’on peut vraiment jouer avec elles. Il faut faire attention, car on peut parfois perdre pas mal de temps le matin si on se laisse prendre au piège de commencer à les caresser : après on ne peut plus s’arrêter !

Mais les plus mignons restent les chevreaux qu’on nourrit le matin au biberon et avec qui nous créons une vraie relation. Chaque chevreau a son biberon avec son nom dessus. Nous devons donc connaître le nom des treize petits. Ils ont chacun leur caractère : certains sont plus doux que d’autres, Aristotle est la plus petite et la plus attendrissante, Arriety sûrement la plus intelligente, Arena fait des bonds incroyables et Artichoke est un goinfre de première, toujours en train d’essayer de voler le biberon d’Apricot. Mais mon préféré, c’est Astroïde, avec ses deux petites tâches sous les yeux et son air malin…

Si on passe de très bons moments avec elles, tout n’est pas rose au pays des chèvres et pas mal d’entre elles ont quand même un sale caractère. L’autre jour, après avoir réussi à forcer deux cadenas pendant la nuit, les chèvres du côté droit de la « tente », ont réussi à aller rejoindre leurs copines du côté gauche. Grosse fête dans l’enclos ! Mais pas pour les WWOOFeurs… En arrivant à 6h du matin pour les traire et en découvrant le bazar qu’elles avaient mis partout je me suis carrément mise à les insulter en anglais ! Midnight, une chèvre noire plutôt costaud, n’a pas aimé ça et à commencer à me pousser avec sa tête et à essayer mesquinement de me marcher sur les pieds. Du coup je l’ai poussé à mon tour, mais elle ne s’est pas laissé faire ! Un long duel s’en est suivi… Bref, depuis, je ne peux plus rentrer dans l’enclos sans me faire foudroyer du regard par ma nouvelle ennemie. Eh oui, les biquettes peuvent être rancunières ! Mais ne vous inquiétez pas, je lui rend la pareille !

De façon générale, les chèvres de la tente sont indisciplinées et ingénieuses. C’est ce qui les rend aussi sympathiques dans le pré quand elles viennent nous dire bonjour alors qu’on répare la clôture. Mais c’est aussi celles que l’on hait le plus le matin quand elle ont décidé de ne pas rentrer dans la salle de traite, de fuguer dans le local à foin où de ne pas quitter la salle de traite et de se rouler par terre…

Bref, vous l’avez compris, les chèvres sont très humaines !

Clémentine