L’école à la maison

« Home school » ? Oui, l’école à la maison est une pratique extrêmement populaire en Amérique du Nord. Laissez-nous vous expliquer comment cela se passe pour les enfants de la ferme Goat’s Pride Dairy.

Jo-Ann et Peter ont neufs enfants et aucun d’entre eux ne va à l’école avant l’âge de 16 ans. C’est Jo-Ann qui leur fait la classe pendant quelques heures par jour. Ils suivent un programme précis et sont suivis par un encadrant extérieur qui vient vérifier leurs progrès plusieurs fois par an. Au Canada, il est obligatoire, depuis quelques années, d’avoir un suivi extérieur lorsque l’on fait l’école à la maison. Dans la ferme où nous avons travaillé, passés 16 ans, tous les enfants de la famille ont fait le choix de poursuivre des études à l’université et apparemment, la transition s’est très bien faite pour les sept premiers (Charity vient juste de finir sa première année)!

Grâce à cette méthode d’apprentissage à la maison, les enfants vivent réellement sur la ferme et participent à différents travaux en plus de leurs leçons de français, maths ou histoire.

Joshua (12 ans) et Steven (9 ans) sont entièrement en charge des poules et c’est déjà pas mal de travail ! Chaque matin, avant le petit déjeuner et chaque après-midi, ils vont dans les deux poulaillers et soulèvent les poules en train de pondre pour récupérer les oeufs. Il faut faire attention car certaines poules n’aiment pas ça et essayent de leur piquer les doigts. Mais Steven a la technique, il les attrappe par la queue, ou bien les pousse avec un bâton. Plutôt débrouillard pour un garçon de 9 ans ! Le matin, ils doivent également remplir des seaux de graines et les verser dans les mangeoires. Des fois, en voyant Steven ou Josh porter deux gros seaux aussi lourds qu’eux, je les prends en pitié et leur donne un coup de main, mais il faut reconnaître qu’autrement ils font ça très bien tous seuls ! Enfin, cela reste tout de même la partie la plus drôle des « chicken chores » (corvées de poulets en anglais), car une fois par mois il faut laver les poulailler et retirer toutes les fientes (1) de poules à la pelle. Pour ça, deux ou trois WWOOFeurs (2) viennent leur donner un coup de main. Je dois dire que cela m’a vraiment impressionnée car ils ne se plaignent presque jamais. Et vous, est-ce que vous vous seriez vus faire cela à neuf ans ?!

Quand il n’y a pas assez de WWOOFeurs (2) pour aider sur la ferme, Steven et Joshua s’occupent aussi de nourrir les chevreaux au biberon, parce qu’ils connaissent tous leurs noms !

Enfin, une autre partie de leur travail à la ferme consiste à entraîner des animaux pour des concours de dressage auxquelles ils participent pendant les foires agricoles. Charity (16 ans) s’occupe actuellement de deux chèvres et d’une chienne. Joshua a une chèvre et envisage de dresser une poule l’année prochaine ! Quant à Steven il a débuté cette année à entraîner sa chèvre Ariety en la promenant en laisse.

Bref, l’école à la maison, c’est presque plus de travail qu’à l’école ! Qu’en pensez-vous ?

Dico :

(1) fientes: crottes de poules

(2) WWOOFeurs : personnes qui font du WWOOFing, c’est à dire qui travaillent dans des fermes biologiques contre des repas et un lit

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Clémentine

Article réalisé dans le cadre de notre partenariat avec l’école primaire des Violettes

Rubrique consacrée aux élèves sur notre blog : « Le coin des enfants« 

Publicités

Les outils de Doubletree

Pendant ces 3 dernières semaines, nous avons eu l’occasion de participer à des travaux très variés qui nécessitaient de savoir utiliser des outils spécifiques. Les connaissez-vous tous et sauriez-vous les nommer en anglais ? La ferme Doubletree sera ici l’occasion d’un petit cours de vocabulaire technique en anglais (et peut-être même en français !).

Contre les mauvaises herbes !

La lutte contre les mauvaises herbes est (comme nous vous l’avons démontré déjà à Belle Roche) un combat de chaque instant pour l’agriculteur biologique. De quels outils dispose donc Cathy à Doubletree pour remédier à ce problème ?

  • La débroussailleuse (weedeater) nous a servi à couper les herbes le long des clôtures électriques pour éviter que les chevaux et les chèvres ne s’échappent. C’est un travail qui doit être fait au moins une fois par semaine, surtout dans cette région humide où tout pousse très vite. En effet, si des plantes touchent le fil, toute l’électricité est redirigée vers la terre, car il est plus facile pour l’électricité de se propager le long d’une plante que le long d’un fil électrique. Et la barrière se retrouve hors-tension, donc inutile !
  • La binette (hoe) est un petit outil que l’on manie debout et avec lequel on peut gratter la surface du sol pour arracher les mauvaises herbes au pied des plantes (là où de plus grosses machines, moins précises, ne peuvent pas intervenir). A la ferme Doubletree on l’utilisait surtout pour désherber entre chaque plante sur un même rang.
  • Pour désherber entre les rangs de légumes on utilise le sarcleur (cultivator) traîné par Allis, le cheval de trait (draft horse). Il s’agit d’un outil avec des griffes qui raclent la surface du sol et arrachent les adventices (mauvaises herbes, weed en anglais).

Pour bricoler sur la cabane (« cabin ») où logent Sam et Mia

Nous avons utilisé toutes sortes d’outils pour fixer de la laine isolante (fiberglass insulation) sous la cabane, la remettre à niveau (car elle penchait dangereusement vers l’arrière!), recouvrir la façade de panneaux de bois et peindre les fenêtres.

  • Un cric (jack) pour soulever la maison.
  • Un marteau (hammer) pour enfoncer les clous (nails) qui servent à fixer les planches de bois (wood boards) sur la façade.
  • Un mètre-ruban (mesuring tape) pour faire toutes les mesures nécessaires.
  • Une échelle (ladder) pour fixer des planches et peindre en hauteur.
  • Un tournevis (screwdriver) pour fixer les planches de bois sous la cabane avec des vis (screws).
  • De la peinture (paint) et des pinceaux (brushes) pour peindre les fenêtres de la cabane.
  • La scie circulaire (circular saw) et la scie à main (hand saw) qui servent à découper les planches.
  • Une brouette (wheel barrow) pour transporter tous ces outils !

Pour couper du bois

Voila comment on fend du bois à la hache

  • Une tronçonneuse (chain saw) pour débiter les troncs d’arbres.
  • Une hache (axe) pour fendre le bois afin qu’il ne soit pas trop large pour le poêle.

Autres outils que nous avons utilisés sur la ferme mais dont nous n’avons pas de photos

  • La faux (scythe) qui sert à couper de l’herbe haute dans un champ pour faire du foin.
  • La tondeuse (land mower)

Clémentine

Article réalisé dans le cadre de notre partenariat avec l’école des Violette, pour la rubrique « Le coin des enfants » de notre blog

Les enfants de Brooklyn

Vivre à Brooklyn, cela fait aussi partie de notre expérience à Welcome Home Garden. Nous voici plongés au cœur d’un quartier ultra populaire, nous qui n’avons jamais vraiment vécu dans ce milieu là. Même si nous nous sentons plutôt bien et même accueillis quand on se balade dans Halsey Street, ce n’est quand même pas toujours évident. Déjà parce que nous sommes nouveaux et puis parce que nous sommes quasiment les seuls blancs. Nous nous faisons remarquer et pourtant chacun fait mine de ne pas faire attention à nous.

Ici, pas beaucoup de travail, chacun erre un peu dans la rue, discute, s’arrête sur le pas d’une porte, écoute de la musique (dans sa voiture, très fort, avec la porte ouverte!), … Le matin quand nous traversons la route pour aller au jardin alors que les adultes papotent dans la rue, nous avons le droit à un bonjour avec un grand sourire, mais ça s’arrête là. Quasiment personne ne franchit la grille du jardin communautaire pour donner un coup de main, simplement profiter du lieu, ou parler avec nous. On dirait que ce potager les fait sourire, leur plaît même, mais ne les intéresse pas vraiment. Évidemment, certains voisins sont réellement impliqués dans le potager avec Violaine et y viennent tous les dimanches, mais – aussi bizarre que ça puisse paraître – ce sont surtout ceux qui ont un emploi et donc peu de temps.

En revanche, dès 15h30 et la sortie de l’école, c’est la folie. Tous les gamins qui passent devant le jardin s’y arrêtent pour dire bonjour, regarder les fraises, dessiner avec des crais, proposer un coup de main, jouer. Souvent les enfants qui s’attardent sont ceux dont on ne voit jamais les parents (qui sont trop contents d’avoir la paix sans doute!). Ce qu’ils recherchent en fait, c’est de l’attention, mais ça ne se traduit pas toujours de la même manière. Si certains s’intéressent à nous, veulent nous faire plaisir ou aider (notamment à arroser les plantes, le plus drôle!), d’autres sont plein de bonne volonté, mais décidément trop dissipés et il est impossible de les faire se concentrer plus de cinq minutes. Ceux là sont les plus durs à cadrer, car on ne veut pas être trop durs avec eux ou les sortir du jardin, mais ils nous font perdre un temps fou car si on tourne le dos plus de 5 minutes, c’est sûr qu’une catastrophe va arriver. Il faut donc constamment les tenir occupés. Parfois nous devenons de vraies baby-sitters ! Les seuls gamins qui posent vraiment problèmes sont ceux qui viennent juste jouer au caïd et détruire ou faire mal aux autres enfants. Heureusement il n’y en a pas beaucoup. Mais ceux là, nous sommes bien obligés de les faire sortir, parce que sinon c’est un boulot à plein temps pour les empêcher de saccager le jardin.

Bref, travailler à Welcome Home Garden n’est vraiment pas de tout repos, mais quelle satisfaction quand on arrive à intéresser les enfants, à leur apprendre des choses, à faire une bataille d’eau et à voir qu’ils ont passé une bonne après-midi.

Ce week-end, pour la fête du quartier, plein d’activités sont prévues au jardin pour les enfants et j’ai hâte de voir comment cela va se passer et qui se joindra à nous. Comme la journée débutera à 10h par des pancakes, ça devrait attirer du monde !

 

Clémentine

Nous voilà à Montréal !

 

départ cap a l'ouest

Bon, c’est officiel, le grand voyage à commencé : nous sommes à Montréal ! Entre notre arrivée chez Lara, l’amie qui nous accueille chez elle, le décalage horaire, la recherche d’un portable et un premier tour d’horizon de la ville, nous trouvons seulement maintenant le temps de vous écrire quelques lignes.

Jusqu’ici, nous n’avons pas encore découvert assez de choses pour vous faire un long récit, mais nous avons quand même réussi à tirer quelques conclusions de cette première journée québécoise…

1. L’accent québécois n’est pas une légende.

2. A Montréal, les vendeurs sont beaucoup plus gentils qu’en France et vont même jusqu’à recommander aux clients d’aller voir les concurrents qui sont moins chers. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés à visiter 7 magasins de téléphonie dans la journée !

3. La poutine c’est gras ! (A découvrir bientôt dans nos recettes, mais pour vous faire une idée c’est un plat à base de frites, de fromage fondu et de sauce barbecue.)

4. Mais notre plus grande découverte, c’est quand même que les québécois tiennent leurs enfants en laisse ! Voyez vous même …

enfants en laisse Montréal