Que fait-on quand il pleut ?

Dessin du poêle à bois

Dessin du poêle à bois

Comme la ferme est située dans ce qu’on appelle une « temperate rainforest », il pleut assez souvent. La plupart du temps il pleut très fort un court moment dans la journée et nous pouvons donc travailler dehors. Mais aujourd’hui c’est particulier : à part une heure ce matin et ce soir nous n’avons pas eu une minute de repis ! Que fait-on dans ce cas-là ? Et bien ça dépend. La semaine dernière il y avait des planches à peindre par exemple. Aujourd’hui nous en avons profité pour rattraper notre retard dans nos courriels, skyper la famille, trier les photos pour le blog, rédiger un article…Mais aussi se reposer, jouer aux dames, aux cartes, dessiner, jouer avec les chatons ou discuter avec Marcus (Cathy n’est pas là cette semaine, nous tenons donc la ferme tous les trois).

Nous en avons également profité pour faire découvrir un peu la cuisine « à la française ». Ici tout est cuit au feu de bois grâce à un poêle qui fait aussi cuisinière, four et chauffe-eau. Si le feu est éteint et que l’on veut des pancakes le matin, il faut donc se lever tôt le temps de rallumer et de faire chauffer le poêle à bois. L’avantage c’est qu’en hiver cela ne consomme pas plus de bois, mais par contre ça en consomme plus en été … et ça chauffe ! Il faut donc s’organiser, cuisiner tout ce qui doit être cuit en même temps si on ne veut pas consommer trop de bois, chauffer trop la maison ou avoir à démarrer le feu plusieurs fois de suite. C’est un peu long de s’habituer à ce type de cuisson mais on s’y fait. Malgré quelques désastres culinaires nous commençons peu à peu à savoir utiliser la cuisinière, pour le four ce n’est pas encore vraiment ça (une tarte tatin pas cuite, l’autre carbonisée). Quoiqu’il en soit, ce poêle sert vraiment à tout faire, c’est le coeur de la maison. Et devinez par qui il a été construit ? Les Amish bien sûr !

Valérian

Irrigation au goutte à goutte

Certains d’entre vous – j’entends nos lecteurs les plus assidus – doivent se demander pourquoi à notre arrivée nous parlions d’installer un système d’irrigation au goutte à goutte, et que depuis on n’en entend plus parler. Et bien nous allons réparer cette erreur et vous raconter les merveilleuses péripéties que nous avons vécues grâce à la « drip irrigation » !

Tout d’abord, petite explication pour ceux qui ne s’y connaissent pas parfaitement. L’irrigation au goutte à goutte est un système qui permet d’arroser son potager grâce à un réseau de tuyaux percés qui courent le long des rangés de légumes. Quand on ouvre l’eau, elle s’écoule au goutte à goutte par les fentes des tuyaux. Cela permet d’une part d’automatiser son système d’arrosage (on ouvre l’eau pendant une heure par exemple et on peut faire autre chose à côté, pas besoin de se balader avec son tuyau d’arrosage), mais aussi d’économiser de l’eau. En effet, comme le liquide s’écoule lentement et arrive directement sur le sol, il y a moins de pertes par évaporation et l’eau a le temps de bien s’infiltrer dans la terre.

Voici un petit schéma qui vous permettra de visualiser comment ça marche.

Schéma d'irrigation au goutte à goutte

Schéma d’irrigation au goutte à goutte

1. L’épreuve du système métrique américain

Première étape avant d’installer un système d’irrigation : faire un plan du jardin, afin de pouvoir estimer la surface à couvrir et le matériel à acheter. Et c’est là que nos premières difficultés ont démarrées car il nous a fallu nous approprier le sytème métrique américain qui est – il faut bien le dire – complètement illogique ! L’idée c’est qu’ici on compte tout en pieds et en pouces. Au départ; ça part d’une bonne intention puisque ça permet à n’importe qui de calculer des distances, pas besoin d’avoir un mètre (avouons tout de même qu’il faut avoir de bons pieds et de gros pouces, car même les miens ne sont pas au bonnes dimensions, alors que, comme chacun sait, je me débrouille plutôt pas mal dans ce domaine !). Mais là où ça se complique c’est pour faire un plan, parce qu’il faut 12 pouces pour faire un pied. Alors quand on calcul une distance de 1 pied et 3 pouces et bien c’est plus difficile à représenter sur du papier millimétré !

Voici tout de même une photo du plan que nous avons pu réaliser.

plan du jardin

2. La barrière de la langue

Déjà que nos compétences en matière d’irrigation ne sont pas très pointues, mais en plus il a fallu tout reprendre depuis le début afin de nous approprier le vocabulaire anglais. Eh bien, on peut vous dire ça prend de longues heures de recherches sur internet, et de coups de téléphones afin de comprendre la différence entre un « drip tape », une « drip line », des « emitter lines », des « drip emitters », etc…

Bref, nous avons finalement choisi des « drip tape », c’est à dire des petits tubes plats avec des fentes qui ont l’avantage d’être très peu chers, résistants et de se boucher moins facilement que les tuyaux ronds.

3. Un dimanche à l’eau (dans tous les sens du terme)

Finalement, à la fin de notre première semaine, nous savions à peu près ce que nous voulions et nous étions prêts à commander le matériel. Nous comptions faire cela le lundi, car nous devions passer notre dimanche avec Violaine pour planter des tomates et les choux asiatiques. Finalement, il a plu non-stop durant tout le week-end… Plutôt dépités, nous avons décidé de passer la commande sur internet tous les trois, afin de vérifier que tout marchait comme prévu. Mais là, en nous repenchant sur le système, plein de nouvelles questions sont venues : cela pose-t-il un problème si le terrain est en pente ? Le filtre à eau est-il vraiment celui qu’il nous faut ? Finalement, c’est quoi déjà un « emitter line » ? Ca ne serait pas mieux que le « drip tape » ? … Bref, une nouvelle journée passée au téléphone à harceler un pauvre vendeur qui nous conseillait depuis la Californie. Il faut l’avouer, ce jour là, vers 16h, notre moral au plus bas, nous avons fini par attaquer une plaquette de chocolat ! A 18h, tout était prêt pour le grand saut et nous avions enfin tout compris. Nous avons passé la commande afin que le matériel nous soit livré avant la fin de la semaine.

4. Un nouveau rebondissement !

Vendredi 24 mai était un jour à marquer d’une pierre blanche ! Nous avons enfin reçu tout notre système d’irrigation. Tous contents nous filons au jardin débuter l’installation, avant de nous apercevoir… que nous avions oublié les petits connecteurs entre les « drip tape » et la ligne principale. En gros, l’Élément indispensable ! Évidemment, comme il n’y aucun vendeur de « drip tape » près de New York, nous avons du refaire une commande en 4ème vitesse et payer très cher pour être livrés au plus tôt (avant notre départ pour la Caroline du Nord).

5. The end ?

Nous avons finalement reçu les pièces manquantes cet après midi et nous avons pu débuter le travail. Tout à l’air de se passer très bien et on espère que ça va durer, car nous n’avons plus que demain pour finaliser l’installation du système d’irrigation. Ensuite ce week-end nous participerons à la fête du quartier organisée dans le jardin, avant de reprendre notre route vers le sud lundi matin.

Clémentine