Trajet du projet CAP à l’Ouest !

Carte du voyage

Carte du voyage

Publicités

Bienvenue chez Maryann et Kevin !

Nous sommes arrivés dimanche dans notre dernière ferme, en plein coeur de l’Alberta. Après nous être gaiement perdus dans la campagne (car la ferme n’est même pas référencée sur google ou aucun GPS…), nous sommes arrivés plus tard que prévu, vers 21h. Là, nous avons trouvé Maryann en train de traitre les chèvres de son voisin. Elle nous a regardé avec de grands yeux étonnés avant qu’on ne lui dise qui nous étions. Nous nous étions trompés dans les dates et elle nous attendait le lendemain ! Malgré cela elle nous a accueillis avec un immense sourire, des yeux bleus pétillants et a tout de suite quitté son travail pour nous présenter à son mari Kevin. Lui aussi, à peine surpris, s’est écrié : « It’s so great, I love surprises ! ». J’avoue n’avoir jamais vu personne aussi heureux d’être dérangé à 9h du soir un dimanche !

Kevin s’est ensuite empressé de faire notre lit. Après avoir pris une douche, nous sommes retournés dans le salon. Là, Maryann, Kevin, leur fils Rajel et deux WWOOFeurs français nous attendaient pour jouer aux cartes  en mangeant des tortillas avec de la salsa faite maison (notre dîner improvisé !) et en buvant un digestif fait avec les pommes du jardin.

Pas de doute, nous avons fait le bon choix en venant nous installer trois semaines ici !

Clémentine

The Urban Farm Collective

D’après Janette Kaden, Portland est la seule ville des Etats-Unis où lorsqu’ils vous demandent ce que vous faites dans la vie, les gens s’attendent à ce que vous leur parliez de vos hobbies et non de votre travail. Plutôt sympa comme bourgade ! Ainsi, si nous avions rendez-vous avec elle au Tin Shed Cafe Garden, le restaurant bio qu’elle a monté voici 11 ans, ce n’était pas pour qu’elle nous parle cuisine… mais jardinage.

Cette aventure est partie d’une bande de potes qui voulaient simplement partager les légumes de leurs différents potagers. Et puis l’idée a prise, l’entreprise a pris de l’ampleur, si bien qu’aujourd’hui, Janette est à la tête du « Urban Farm Collective », un collectif qui gère désormais 17 jardins dans Portland.

L’idée est simple. Toute personne qui possède un bout de terre qu’elle aimerait cultiver, mais qui n’est pas en mesure de le faire (pas assez de temps, de connaissances, trop vieux,…) peut contacter le collectif. Ensuite, l’équipe de volontaires se met en quête de jardiniers dans le quartier, qui voudraient travailler sur ce potager. Le plus dur, nous explique Janette, c’est de trouver un « garden manager ». Pour chaque jardin, le collectif veut avoir un responsable qualifié, capable de former tous les volontaires qui viendront, ainsi que les enfants, car l’aspect éducatif est primordial dans ce projet. C’est pourquoi certains jardins restent sur liste d’attente avant que l’on puisse leur trouver un responsable. Une fois le jardin lancé (cela nécessite en général 500$ d’investissement pour installer l’irrigation, acheter le matériel etc.), chacun peut venir y travailler quand le « garden manager » est là.

Pour ce qui est de la récolte, une partie va aux propriétaires qui prêtent les terrains, pour le reste il est troqué chaque semaine au marché des volontaires. Le marché des volontaires ? Oui ! Tous les mercredis, les jardiniers récoltent les fruits et légumes des 17 jardins et les apportent sur ce marché très spécial. En effet, il n’est ouvert qu’aux volontaires, c’est à dire à toute personne qui a donner de son temps pour un des jardins (que ce soit une heure ou quarante !). Chaque heure de travail (qui est enregistrée par les « garden managers ») donne droit à un certain nombre de points que l’on peut troquer chaque mercredi contre des légumes. Enfin, tout ce qui reste après le marché est donné à une banque alimentaire. Ainsi, aucun argent ne circule autour de ces jardins, ce qui semble plus sain aux yeux de Janette. Pour l’instant, le collectif a encore besoin de soutiens de la ville ou d’autres partenaires (comme le Tin Shed Café par exemple !) pour financer le démarrage des potagers et de quelques dizaines de dollars annuels pour l’entretien, mais dans l’absolu, Janette, voudrait essayer de faire un maximum de récupération pour utiliser un minimum d’argent.

Une belle initiative que Janette voudrait voir prendre de l’ampleur, bien qu’elle nous confie : « Il faut que l’on se réorganise car pour l’instant je suis quasiment seule pour gérer l’administration de 17 jardins, ce qui n’est pas soutenable pour moi, je travaille 40h par semaine pour le collectif ! ». Ainsi, pour rendre ce projet durable, Janette envisage une répartition des tâches plus précise, afin que ce collectif puisse perdurer et travailler à plus grande échelle.

Après avoir discuté sérieusement pendant 40 minutes tout en voyant les plats tournoyer autour de nous, nous avons finalement craqués et sommes restés déjeuner au Tin Shed Garden Café. Eh bien, on peut vous dire que Janette est sûrement une bonne jardinière, mais elle sait aussi mener un restaurant !

Clémentine

 Pour aller plus loin :

http://urbanfarmcollective.com/

Portland

S’il il nous fallait décrire la ville de Portland (Oregon) rapidement, ce serait assurément les mots « développement durable », « douceur de vivre » et « innovation » qui nous viendraient à l’esprit en premier. A quelques miles de la mer et des montagnes, au milieu des vignes, de la forêt et des champs de blé, cette petite ville à taille humaine nous a tout de suite séduits. Il faut dire que nous étions logés chez des amis et que nous avons été particulièrement bien accueillis par Sarah, Damien et leurs deux enfants dans leur confortable maison (avec un potager!).

Si la ville n’a pas su attirer beaucoup d’entreprises (hormis quelques-unes comme Nike ou Intel…), Portland s’est bien rattrapée en concentrant son activité sur le développement durable. Elle a réussi en 2004 à repasser sous la barre d’émission de CO2 qu’elle produisait en 1990 ! Et les progrès continuent…

Voici dans le désordre quelques innovations dans le domaine du développement durable que nous avons pu voir à Portland :

  • Dans les super-marchés

Nous sommes allés dans un super-marché bio et local où il y avait pas mal d’idées. A part la vente en vrac des produits qui se voit de plus en plus en France, nous avons découvert une initiative originale au rayon poissonnerie dans le super-marché New Seasons. Des panneaux indiquaient grâce à un code couleur si les poissons étaient issus d’une pêche responsable ou non. Les produits ayant une couleur rouge (indiquant une pêche non responsable) ont peu à peu été radiés des rayons. De plus les panneaux indiquent si les poissons sont frais ou non. Seul problème : aucun renseignement n’était donné sur la période optimale de pêche pour les poissons sauvages. (Si vous voulez un très bon site pour connaître tout cela, avec à la clef plusieurs recettes, il suffit d’aller sur http://www.mrgoodfish.fr). Enfin pour finir, les tickets de caisses sont parfois imprimés recto/verso afin de réduire le gâchis de papier.

  • Les rigoles de drainage biologiques (« bioswales »)

Afin d ‘allier lutte contre l’érosion, contre la pollution des nappes phréatiques et cours d’eau, contre les inondations hivernales et enfin verdissement de la ville, Portland a mis en place partout dans la ville des « rigoles de drainage biologiques ». Il s’agit tout simplement de parterres de plantes filtrantes qui sont placés judicieusement en bas de la pente des routes et parkings. En plus d’absorber le trop-plein d’eau lors des fortes pluies, cette construction évite que les huiles de moteurs et autres déchets liquides répandus sur le bitume finissent droit dans les rivières. Ces rigoles sont même devenus obligatoire pour chaque construction de parking ! Par contre nous n’avons pas réussi à savoir si les plantes filtrantes étaient suffisamment efficaces pour nettoyer l’eau de pluie qui s’infiltre dans les rigoles.

  • Ligne prioritaire sur les autoroutes pour les bus et le covoiturage

Nous n’avons pas observé cette initiative qu’à Portland, mais cette article nous permet d’en parler. Il s’agit tout simplement d’une file de voiture située à gauche sur la chaussée qui est réservée uniquement aux bus et aux voitures ayant plus de deux personnes à bord. Symbolisé par un losange blanc, cette idée incite fortement au covoiturage, à l’utilisation des transports public et par la même occasion à la réduction de la pollution et des embouteillages.

  • Les éco-districts de Portland, un moyen d’évoluer ensemble

La ville de Portland est maintenant divisée en plusieurs éco-districts. Le but de ce grand projet est que chaque quartier définisse des objectifs de réduction de la pollution. Cela passe par de la coopération entre les entreprises, particuliers et institutions pour réduire les déchets, produire de l’énergie propre, repenser la ville… Chaque année des responsables d’autres villes sont invités pour voir les initiatives lancés par ces éco-districts.

  • L’institut de recherche BEST (Built Envronment and Sustainable Technologies)

Grâce aux recherches et aux conférence de l’institut BEST, Portland ne cesse d’innover dans le domaine du développement durable. Ces recherches, qui allient différents acteurs, permettent notamment d’évoluer dans le domaine du bâtiment, de l’énergie (saviez-vous par exemple que les panneaux solaires au-dessus des toits végétalisés fonctionneraient mieux que sur des toits normaux?) …

  • Recyclage et compostage

Tout est pensé pour le recyclage. Si vous achetez quelque-chose à manger ou boire à emporter, ce sera bien souvent dans du carton ou du plastique compostable ! Et pour forcer la main des citoyens sur le recyclage de leurs déchets, seule la poubelle du compost est depuis peu ramassé chaque semaine, les autres ne sont ramassées qu’une semaine sur deux. Des lois sont même mises en place pour permettre aux gens d’avoir des poules dans leur jardin (qui mangeront alors les déchets compostables) tout en assurant leur bien-être. Et pour réduire les déchets, certaines écoles vont même jusqu’à bannir les couches jetables pour leurs bambins !

  • Agriculture urbaine et bibliothèques d’outils de jardinage

Ici, comme dans de nombreuses villes que nous avons traversé, l’agriculture urbaine est de mise. Certains quartiers se sont même dotés de « bibliothèques » d’outils mises à la disposition des main vertes.

Enfin, vous l’aurez compris, Portland regorge d’idées pour le développement durable ! Et ce n’est sans doute pas pour rien que la ville a récemment choisi de fusionner son département de la planification de l’urbanisme et celui de l’environnement…

Valérian

Pour aller plus loin :

le site de la ville de Portland : www.portlandonline.com

le site des éco-districts : http://ecodistricts.org/ ainsi que leur document de planification (pleins d’idées ici pour les villes et municipalités !) : pdf framework ecodistrict

le site du super-marché New Seasons : http://www.newseasonsmarket.com/

le site du programme BEST : http://www.ljmu.ac.uk/BLT/BEST/index.htm

le site pour acheter du poisson durable au bon endroit et au bon moment : http://www.mrgoodfish.com/fr/index.html

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Uncommon ground : le premier jardin sur le toit certifié bio aux États-Unis

Un restaurant en matières 100% recyclées ou biodégradables qui sert les légumes de son jardin bio à ses clients, qui propose des expos, de la bonne musique, des cocktails originaux et qui possède même des panneaux solaires pour recharger les voitures électriques. Le tout à des prix complètement accessibles… Ça existe !

Uncommon Ground est un restaurant de Chicago qui possède déjà deux enseignes. Grâce à Jen, en charge du jardin d’Uncommon Ground sur Devon Street, nous avons pu visiter le plus récent, mais aussi le plus abouti des deux lieux.

Le concept est simple : un resto bio avec une cuisine inventive et de qualité, à des prix raisonnables, mais surtout le plus écolo possible. Tout le bâtiment est construit en éco-matériaux achetés localement (autant que possible), l’eau de pluie des toits est récupérée et utilisée pour arroser le jardin de la terrasse et le chauffe-eau fonctionne grâce à des panneaux thermiques. Mais la vraie innovation c’est le jardin sur le toit et dans des bacs sur la terrasse du rez-de-chaussé, où Jen fait pousser toutes sortes de fruits et légumes bios. Des groseilles, aux choux, en passant par les carottes, les tomates, les poivrons, les betteraves, les herbes aromatique ou même le miel, tout ce qui est produit est utilisé pour approvisionner le restaurant en produits frais, de saison et ultra locaux. Évidemment, le but n’est pas de fournir 100 % des besoins en fruits et légumes, c’est parfaitement impossible. Mais ce jardin permet de faire découvrir l’agriculture bio au clients, d’organiser des événements et de proposer des plats spéciaux « rooftop » à la carte tous les jours. Premier toit-végétal certifié bio au États-Unis, Uncommun Ground est aussi certifié quatre étoiles « Green restaurant », un label donné par une association qui évalue la durabilité des restaurants aux États-Unis, mais aussi des entreprises ou des transporteurs.

Mais ce qui rajoute la petite touche supplémentaire c’est que Jen, avant d’être une jardinière, est une artiste. Et ça se voit : les tailles, les couleurs, les formes, les odeurs : rien n’est laissé au hasard dans l’agencement des légumes ce qui donne un résultat absolument magnifique.

Clémentine

Pour aller plus loin :

Des légumes pour sauver Détroit

Une ville désertée, des bâtiments en ruine, des terrains vagues à gogo…. Détroit n’est vraiment pas une ville qui attire au premier abord. Capitale de l’automobile, les délocalisations et la crise du secteur ont entraîné des hausses du chômage et le départ de plus de la moitié de ses habitant ces cinquante dernières années. Aujourd’hui, une timide gentrification commence dans certains quartiers et cela se voit : les maisons sont mieux rénovées, on peut trouver des magasins avec des fruits et légumes et surtout, on peut trouver quelques blancs dans une ville ou la communauté afro-américaine est majoritaire.

Mais dans toute cette misère, l’entraide s’organise et des solutions émergent. L’agriculture urbaine en est une. Avec de nombreux terrains vagues, un accès difficile à de la nourriture saine et un chômage élevé, Détroit semble être le paradis pour les jardins urbains ! Et il y en a de toutes sortes pour tous les goûts. Certains voient dans les potagers la possiblité d’accompagner les jeunes adolescentes enceintes vers l’éducation (Catherine Ferguson Academy for Young Women in Detroit), d’autres utilisent l’aspect esthétique des jardins pour enseigner et promouvoir l’agriculture urbaine (Lafayette Greens, financé par des entreprises d’ordinateur !), d’autres enfin en font une véritable production (D-town farm). Earthworks Urban Farms est encore une autre initiative intéressante : leur but est de produire des fruits et légumes pour la « soup kitchen », soupe populaire qui permet aux personnes du quartiers d’avoir un repas chaud et sain gratuitement. Là encore un accent est mis sur l’éducation des petits et des grands à l’agriculture et à la bonne nourriture produite en majorité localement. La vente de produits lors de marchés le week-end, des subventions de particuliers et de la ville, l’aide des Capucins (ordre religieux) et le travail des volontaires permet de maintenir tous cela en marche.

Bien sûr toutes ces initiatives font de l’agriculture biologique. Dans tous les cas, que ce soit les écoles, les universités, les religieux, les entreprises, les agriculteurs ou les particuliers, tout le monde s’y met ! Détroit n’a pas dit son dernier mot et compte bien rehausser son image de ville-fantôme. Ça va mettre du temps, mais l’expérience est unique !

Valérian

Pour aller plus loin :

CAP à l’Ouest sur France Bleu Armorique

L’émission « Le magazine de l’environnement » suit notre projet depuis ses débuts. Voici donc une troisième interview (depuis la Caroline  Nord !) diffusée sur les ondes ce samedi à 10h. Vous pourrez donc nous écouter en direct si vous avez la chance d’être bretons, ou bien écouter le podcast (disponible après la diffusion) :